Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Guide de pilotage n° 16: Les sauts : passer une table/une double

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 16: Les sauts : passer une table/une double

Comment réussir à sauter une table ou une double.


On va se baser sur la phase d’impulsion décrite précédemment (lire [Pilotage VTT] Les sauts : les bases à connaître avant de sauter), donc assez décomposée dans le temps. Cela sous entend une vitesse d’arrivée relativement faible ou un appel bien long qui laisse assez de temps de bien effectuer les différentes étapes du mouvement. Dans ce type de saut, le but est d’être............

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

Partager cet article

Repost 0

Guide de pilotage n° 15: Les sauts : les bases à connaître avant de prendre un saut

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 15: Les sauts : les bases à connaître avant de prendre un saut

Apprenez comment aborder les sauts en VTT.


On touche là à l’un des éléments sacrés du mountain bike, la maîtrise des sauts étant l’une des choses qui procure le plus de plaisir à tout pilote normalement constitué. Le jump est un vrai bonheur, mais il demande de la réflexion, de l’engagement et de la technique pour être réellement apprécié. Il y a beaucoup de types de sauts différents (double, hip, table, drop, gap…), mais il y a surtout .......................................

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

Partager cet article

Repost 0

Guide de pilotage n° 14: Rouler un North Shore

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 14: Rouler un North Shore

Skinnies, passerelles, drops : soyez précis et aérien.


Popularisé dans les années 2000 via les vidéos style Kranked, le ride sur North Shore (qui tire son nom du North Shore de Vancouver) a été la marque de fabrique des pionniers canadiens du freeride durant de nombreuses années. Ludiques et représentant souvent un défi personnel, ces passerelles de bois sont désormais ............................

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

 

Partager cet article

Repost 0

Guide de pilotage n° 13: Rouler dans les racines et les pierriers

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 13: Rouler dans les racines et les pierriers

Comment être efficace dans les racines et les pierres. 


DESCRIPTION
On parle ici de champs de racines ou de pierriers, des passages qui comportent un enchaînement d’un grand nombre d’obstacles de formes et de tailles différentes, où en prime l’adhérence peut être précaire suivant .........................

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

Publié dans Pilotage

Partager cet article

Repost 0

Guide de pilotage n° 12: les virages: l'épingle

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 12: les virages: l'épingle

L'épingle classique / L'épingle en nose wheeling.


On a déjà abordé en partie cette technique lorsque l’on a parlé de l’appel/contre appel dans la rubrique Freinage, car c’est l’une des façons de passer avec brio un virage très serré, aussi appelé épingle. C’est un type de virage que vous rencontrerez le plus souvent lors de vos .........................

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

Publié dans Pilotage

Partager cet article

Repost 0

Guide de pilotage n° 11: Les virages: le pif-paf

Publié le par G58

Guide de pilotage n° 11: Les virages: le pif-paf

Faites vos changements de direction à toute vitesse.


On entend par pif-paf une succession de deux (voire plus) appuis style relevés bien marqués, dans une pente plutôt forte et assez étroite, type goulet. C’est clairement le genre d’enchaînement que l’on retrouve assez souvent sur ....

la suite ici par Quentin Derbier pour Big Bike Magazine

Publié dans Pilotage

Partager cet article

Repost 0

Sortie Mercuès Dim 8 Janvier: le super CR d'Yves100

Publié le par G58

Sentes Lotoises - Mercuès

8 janvier 2017

 
Pour débuter 2017 en vtt, je suis allé faire un petit tour dans le 46 ce dimanche. 
Faut bien s'y remettre un peu, et les sentiers lotois sont toujours bienvenus pour passer une très bonne matinée.
Rdv au village de Mercuès dans la fraîcheur matinale. 
Avec -3 au mercure, t'as tout bon pour les gerçures !!


Petit groupe de 5 vaillants sur la place du village, pas plus !
Gaël, Yvon, Adrien, Pascal et moi.
Au menu du jour un parcours que vous trouverez nulle part, c'est du made by Gaël. Privatif et quasi confidentiel. Faut être du coin pour fouiller toutes ces traces tout juste visibles pour certaines et en tous cas peu fréquentées.
Y a quasiment que les sangliers, et les renards peut être, qui connaissent.
40 km sur la trace prévisionnelle.
 

Ça démarre un peu avant 9h, pour éviter de geler sur place.
Ciel un peu couvert, terrain hyper sec.
On trace dans le village jusqu'à la zone industrielle à la sortie, avant de croiser un chemin à droite.
A partir de là on s'engouffre dans les sentiers.
La plupart du temps c'est pas les sentiers classiques qui sont déjà bien d'ailleurs, mais plutôt des variantes sauvages, à peine visibles. On grimpe un peu dans les petites collines en faisant quelques zigs zags pour atténuer les pentes.
Faut suivre le guide, car même avec la trace, ça doit pas être toujours évident.
En tous cas, c'est fun et ça réchauffe vite. Le sentier est énergivore.

Petit à petit, à force de singles plus ou moins planqués, on arrive sur la hauteur.
Un coup de cintre à gauche nous envoie une jolie petite descente extra sur Calamane. Bien vu de l'avoir faite celle là. Régalade descente 1 !

 

Traversée du village, bord du ruisseau, petit chemin grimpant gentil. Les combes sont givrées, mais en roulant il fait pas froid maintenant.
Tiens une bosse dans un sentier rocailleux pour reprendre de la hauteur. Deux ou trois épingles plus haut c'est gagné.
Un bout de plaine et on replonge vers les combes. Belle petite descente rapide qui penche fort sur le final.

On est revenu à nouveau tout proche de Mercuès.
Les sentiers se succèdent à partir de maintenant. Toujours du bon single qui tortille dans tous les sens et consomme aussi du jus au pédalage.
Un peu plus haut on passe proche d'une petite grotte d'où surgit une résurgence d'eau. Et ça continue à grimper en parcourant les monotraces, et les gariottes aussi. On en découvre trois qui se suivent sur cette petite bosse.
Splendide à parcourir ces sentiers !

Un peu plus en avant, un superbe visuel sur Mercuès et son Château qui domine le village.

 

Enfin en haut, on arrive sur un croisement de traces. On va en fait tourner sur un tout petit périmètre maintenant. A peine 1 km carré, mais des singles en pagaille dans tous les sens. Une vraie mine d'or de sentes, à ciel ouvert.

Le gps on oublie, vaut mieux suivre le guide. Malgré une crève carabinée, Gaël emmène la petite troupe, et derrière ben c'est la fête aux monotraces embusquées.
Ça n'arrête pas trop de tourner, de slalomer, de serpenter, d’esquiver les arbres, de mettre des coups de relance, de laisser filer dans un passage descendant etc. Un bon premier régal pour débuter 2017 !

Au fil des traces, on redécouvre la superbe descente en balcon, au dessus du Lot. Et elle se poursuit encore plus bas, sur une variante technique.

Dans la combe suivante le long du cours d'eau, on chemine peinard pendant un petit moment.
Il  nous reste encore un peu de dénivelé à passer. Ça tombe bien, y a une grimpette vorace qui se ramène. La bosse de Saint Henri !
Du genre longue par rapport à ce qu'on a fait jusqu'à là, et aussi du genre ça monte gaillard. Le final est copieux, ça tamponne sec, et le rendement parfois bien chaotique sous la roue.
Idéal pour s’entraîner à passer les difficultés celle là. Le cardio est à la fête sans aucun doute !

 

Une fois là-haut c'est cool, et la petite descente à suivre fait vite oublier la bosse.
Toujours très bon de filer entre les arbres.

J'en profite pour faire quelques tours de roues avec le YT (prononcez Waïti) de Gaël.
Modèle Jeffsy, tout carbonisé, 140 de débattement avant arrière.
Un look compact pour un 29 pouces.
Équipement haut de gamme à tous les niveaux, et tarif vraiment bien placé en prix, par rapport à la concurrence.

Bon les réglages perso de Gaël me conviennent pas trop. Position très courte devant avec une potence de 50. Le top tube étant aussi plus court que mon vtt actuel.
Le plus difficile c'est les pédales plates à picots, oups, c'est pas pour moi.
Dans la descente, je galère pas mal pour maintenir les pieds en place. le comportement du vtt s'en ressent, et je le maîtrise pas trop. Alors que la descente est top encore.

Plus bas, dans le single joueur, avec des relances et des torsades entre les chênes, c'est bien maniable et facile le Jeffsy, mais les pneus enduro en 2.40 me semblent trop gros et un peu trop en pression pour profiter des sentiers.
Ce vélo tel quel doit être bien à son aise, dans les grosses descentes plus typées all mountain.
Dans les bosses, ça monte même avec 12 kg bon poids. 

Avec quelques modifs, on doit pouvoir tomber entre 500 gr et 1 kg, pour le rendre plus dynamique encore.

Plus loin quand Gaël reprend son vélo, je vois à son utilisation qu'il lui convient parfaitement.
Ça reste une option possible et raisonnable pour un futur vtt. A voir les nouveaux modèles bientôt.

On poursuit la trace toujours aussi ludique. Les sentiers sortent de partout sous les roues, des petits franchissements sur les murets de pierre à grimper ou à descendre, sont un joli bonus à passer de temps à autre.

Km 28, de retour contre la voie ferrée, on se remet à la grimpette un peu plus loin.
Une bosse gentille pour refaire la liaison avec le haut de la colline. On sort tout proche du Rocher de la Vierge au dessus du Château.
Et le soleil se fait enfin plus gaillard pour éclairer encore mieux le décor lotois

 

Les traversées de secteurs boisés sont truffées de sentiers en parallèles pour se régaler.
On passe bien souvent à quelques mètres d'un autre single qu'on a emprunté un peu plus tôt dans la matinée, et un peu plus tard on reviendra encore sur un nouveau par ici, qui est juste de l'autre côté à quelques dizaines de mètres.
C'est assez dingue la compilation de traces. Et bien entendu, on peut les passer dans un sens ou dans l'autre sans aucun problème, les enchaînements et le plaisir sont du pareil au même. C'est fort !!

A savoir aussi c'est que là-bas, les bosses, les descentes, et chaque sentier à son propre nom, plus ou moins imagé, et bien souvent en occitan. Mais comme on est en Occitanie, rien d'anormal au fond.
Pour certains noms en revanche, on visite le monde ! On a ainsi Magic Hill, la Muraille de Chine et d'autres encore. Bon pour de plus amples précisions, faudra voir avec le guide, y en a tellement que j'en ai oublié la moitié.

Reprenons le ride.
On est en haut, et hop quelques minutes plus tard on est en bas avec la banane sur les trombines.
Descentes toujours stimulantes pour enrouler du plaisir sans bornes.

A ce stade du circuit, on est revenu une nouvelle fois au bord du village départ, pour faire une dernière petite boucle qui entame sous le Château de Mercuès. On regrimpe un peu vers le Rocher sur un superbe single surplombant le Lot. La petite rampe pour gravir le final est sérieusement raide.

 

Il nous reste quelques km de monotraces sur la plaine. On se gène pas pour en profiter un max. On n'est plus que trois depuis quelques temps. Pascal est rentré un peu plus tôt, et Adrien trop puissant à flingué un filetage de manivelle 😊.

Bon et nous on se prépare pour la méga descente de la goulotte. Un nom très à propos et un must du coin celle là !
L'approche c'est en sentier classique qui descend bien déjà. Et puis d'un coup on se retrouve dans une sorte d'étroit boyau entonnoir. Rempli d'un tapis de feuilles très dense, c'est moelleux en même temps que ça bouge, avec quelques marches. 
Plus quelques avancées de talus qui obligent à godiller dans cette grande ornière. Ça tortille fort de l'arrière et on dévale ce mini couloir en éclate totale.
A refaire ça !!

Le sentier continue en bas au bord du cours d'eau. On va refaire le super passage technique entre les blocs rocheux d'un des Roc Cadurcien qui passait ici même. Au bout de ce sentier, le ruisseau asséché et le tunnel avec sa voûte surbaissée. La flotte est gelée à l'intérieur. Curieux phénomène sous terre !

 

En sortant de là, il nous reste les bords du Lot très agréables pour rejoindre l'arrivée.
Fin de l'excellente balade matinale !
40 km au compteur, et 1000 m de positif. Un peu moins de 5 h pour cette top balade lotoise.
Du bon temps tout le long. C'est pas surprenant, mais c'est toujours un grand plaisir.

Pour terminer, on se retrouve chez Gaël pour un ravitaillement bien garni.
Outre les douceurs solides et liquides habituelles, la bûche glacée et la galette sont de sortie.
Splendide conclusion !

Merci Gaël pour cette belle trace ludique. On en mangerait 10, 15 ou 20 bornes de plus si on n'était pas raisonnable !!
Bravo à tous et au plaisir d'un nouveau ride.


 
 


 
Au départ glagla !




 
Dans Calamane - Sympa le village




 
Le YT Jeffsy




 
Remontée tranquille après Calamane




 
Pascal




 
Yvon




 
Gaël




 
Adrien




 
Le trio du club d'Espère




 
Les trois gariottes qui se suivent le long de la bosse




 
Dans les superbes monotraces du coin 




 
Au soleil au dessus du Château




 
Dernier sentier rive droite




 
Complément final idéal

Publié dans Compte- rendu

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>