Domingo 1° de Mayo: Marxa MTB Alcala de Xivert

Publié le par G58

 

 

 

 

 

 

 

Pâques 2011: une fois n'est pas coutume et suite à l'invitation de Nicolas Grau, mon pote espagnol d'Alcala (à qui j'avais déjà répondu par la négative en 2010) je prends cette fois-ci la direction de l'Espagne pour y passer une petite semaine, histoire de me changer les idées après tous les pénibles moments que je viens de traverser en ce premier trimestre 2011 mais heureusement la sortie du tunnel est déjà derrière moi et me permet d'envisager un avenir radieux, !!!!
En ce dimanche 1°Mai, je retrouve donc la Peña Ciclista Covarxina sur la place du village à 7 h pétantes, j'en connais déjà certains de visu ou par forum interposé.

01052011555[1]

 Nous partons donc à 4 véhicules pour une quinzaine de km de petites routes sinueuses mais d'un excellent revêtement.
Arrivés à Alcala sans encombre, on se dirige vers le Polideportivo où s'affaire déjà Nico et sa troupe. Bizarrement, il n'y a pas foule (moitié moins qu'en 2010) tout au plus 80 engagés, un petit nombre du à la date simultanée d'une autre grosse rando toute proche. Qu'importe, l'organisation a bien bossé et il me tarde d'en découdre avec mes co-équipiers Ibériques!

01052011556[1]

 


P010511 07.480001

P010511 08.370001

 

Ils annoncent 42 km pour 1200 m de D+  à travers une Serra que je commence à connaître pour l'avoir pratiquée avec Nico.

 


Alcala 2011 profil

 

N'ayant pas fait l'inscription en ligne, je file à l'engagement: 10 €  (tarif non licencié puisque l'Ufolep ici n'est sûrement pas reconnu).

P010511 07.550001

 

On me remet la plaque n° 8 que je m'empresse de fixer au cintre.

P010511 08.370002 
 

Le départ est prévu à 8h30, ce qui nous laisse le temps d'aller boire un café au troquet du coin

01052011559[1]

 (l'engagement ne donnant pas droit au petit déj comme en France!)
La dose de caféine avalée,

01052011561[1]

on regagne la ligne de départ sur fond de sono.(notez au passage les grilles pour les toros de l'am où je reviendrai !!)
8h38:la meute est lâchée, dans une indifférence quasi totale, sans speach: dommage!
01052011564[1]

On suit le véhicule de la police pour la traversée du village.On a même droit au sens interdit avec bénédiction de la maréchaussée !!! Le rythme est élevé en ces premiers kms oscillant entre 28 et 35 km/h. Longue partie de goudron où on longe au plus près la voie ferrée. Je me suis fait décramponner du groupe de tête et je me protège dans le second paquet histoire de ne pas y laisser trop de forces.
La voiture ouvreuse est déjà loin, les km défilent et aucune signalisation n'apparaît!! Je commence à craindre pour la suite.
10 km avalés en un rien de temps et voici qu'apparaît la première rubalise.......enfin!!.......mais mes craintes étaient fondées: le fléchage nous ramène vers le village au point de départ.
Il faut se rendre à l'évidence, tous les concurrents se sont paumés: on apprendra plus tard que c'est le véhicule de police qui a induit toute la troupe en erreur. Cette rallonge imprévue de 13 km de plat à donf constitue donc un excellent échauffement pour les guiboles, mais je m'en serais bien passé !!
L'organisation nous remet sur le droit chemin et on attaque enfin les choses sérieuses par une montée interminable que je connais bien et qui va nous faire prendre 250 m de D+.Fort heureusement, la t° est clémente (13 ° tout au plus). La piste,jalonnée de quelques flaques, vestiges des orages de la semaine, nous amène jusqu'à un col; tout passe sur le vélo et la rubalise est bien présente.
À signaler d'ailleurs le fléchage à la chaux parfait: pas de peinture et c'est tant mieux!!
À peine le sommet atteint, on attaque un single au profil descendant: pas rapide car très piégeux (rochers acérés et caillasses roulantes;l'important c'est d'éviter la faute!) Les photographes sont postés aux endroits clés ainsi que la Cruz Roja-bien vu- et ce sera le cas partout dans les descentes techniques!
Je rattrape un groupe d'attardés et j'enquille les épingles à bonne vitesse. La descente se termine dans les champs d'oliviers et j'ai doublé pas mal de concurrents.
La partie suivante emprunte le lit du rio pour un très long faux plat montant où il faut ménager les cartouches.On prend quand même sur le coup pas loin de 360m de D+.
Nouvelle descente en single où l'on perd 200 m, toujours à vitesse réduite car très enrochée. Nouvelle petite remontée sur piste et c'est l'unique ravito tant attendu vers le 35° km.( en fait 25 sans la rallonge!)

 

P010511 10.220001
Les gars se sont installés dans une masia et proposent, des oranges, des barres chocolatées,de la patte( de coings?),des bananes, des melons blancs et de la sandia( pastèque) Ici, pas de salé mais je m'en contente. De petites bouteilles d'eau minérale sont également à dispo (mais ça c'est pas top: j'en trouverai plusieurs vides jetées un P010511 10.220002

peu plus loin!!!)


Ça repart à fond sur piste roulante  puis c'est un nouveau single à flanc de vallon qui nous fait reprendre un peu de hauteur. Les potes sont à mes trousses tout près et les sentant me remonter, j'appuie de plus belle sur les pédales.
Se présente alors une longue descente monotrace où j'envoie les watts malgré le terrain difficile......et ce qui devait arriver arriva!! Sans savoir ni pourquoi, ni comment, je pars à la faute, je roule sur l'avant gauche et je m'empale littéralement sur le bout du cintre, mis en cravate sur la chute: j'ai chargé un max sur l'aine au niveau de l'os illiaque. Sur le coup, le genou a aussi morflé contre les rochers et tant bien que mal, je me relève au prix d'un gros effort en me demandant si je suis entier !!!
À partir de là, je vais lever le pied pour le reste de la descente, me faisant même rattraper par un des Covarxins qui m'avait en point de mire !
Je continue à pédaler mais j'ai très mal, l'hématome doit être énorme mais je ne prends même pas le temps de constater les dégâts ni du bonhomme ni du vélo: un seul objectif, continuer coûte que coûte !!
Quelques zigs zags entre les cultures en terrasses, parsemés de singles, avec toujours des postes de secours aux endroits clés, je ne sais plus très bien où l'on est mais mon sens de l'orientation me fait craindre une ultime bosse. J'ai encore des réserves pour avaler les quelques 150 m de D+ de cette dernière montée. Le village d'arrivée se profile au loin et nouveau  long sentier piégeux pour perdre de la hauteur. J'assure la descente car mon mental, atteint par ma chute, ne me permet plus d'envoyer la sauce. La plaine est vite gagnée et il reste 5 km de pistes plates à serpenter entre les champs d'oliviers et de caroubiers où malgré la douleur bien présente, j'allume le turbo et j'enfile ces dernières portions à plus de 30 km/h, histoire de faire grimper la moyenne. J'en termine après 3h02 de roulage aux alentours de midi. Le GPS indique 53 km pour 17.5 de vitesse moyenne mais comme d'habitude ce chiffre est sous estimé d'au moins 3 km.
On me retire la plaque et je raconte ma gamelle à Nico et ses potes. Je découvre enfin l'étendue de l'hématome et la Cruz Roja, attentive, me rejoint de suite .

P010511 11.470001

 

Après avoir mis  le Genius à l'abri dans la Toyota,(j'en profite enfin pour inspecter le vélo: ouf! pas de bobo!!) je file à l'ambulance me faire soigner et décliner mon identité.
P010511 11.480001

Le ravito d'arrivée est bien pourvu: ships, cacahuètes , bières, coca, jus d'orange, ice tea d'un côté........et plus loin, barbecue conséquent avec salcissa, longanizas (boudins), ventreiche sur lit de braises.... Je me concocte un royal sandwitch de la longueur de l'avant bras !!!

 

P010511 11.520001

 

P010511 11.520002


P010511 11.540001N'ayant pas prévu de vêtements de rechange, je zappe la douche et je prends congé de la Peña Covarxina. Un dernier salut à Nico et à son frangin et c'est le retour à la maison.
Que dire de plus sur cette rando: c'était une première pour moi en terres Espagnoles. Habitué des lieux, j'ai approfondi un peu plus ma connaissance de cette sierra désertique. Elle correspond bien à ce que j'en attendais, à savoir un savant mélange de pistes anciennes castinées et de singles très piégeux sans jamais être trop techniques.Ici, la vitesse en descente est à oublier, mon os illiaque s'en souvient encore. La difficulté annoncée est bien là. La température clémente a facilité les efforts.
Devant mon ordi, j'ai encore très mal à l'aine mais je garderai un excellent souvenir de la Marcha d'Alcala 2011.
Cet am je reviendrai à Alcala pour les toros de rue (c'est fête ici!!)
P010511 18.260002

Au programme dans les jours qui suivent, BTT (bici todo terreno) tous les jours au GPS, grâce à Subiq dont j'ai récupéré les traces mises en ligne sur Wikiloc.
Peut être d'autres CR en prévision !!......à suivre.......

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Publié dans Compte- rendu

Commenter cet article

bruno 03/05/2011 21:09



Slt Gael,nickel ton CR ça change du coin !


Visiblement t'es en vacance en Espagne "amuse toi bien"


Si tu lis ces quelques mots c'est que t'as survécu aux TOROS donc profites en  et soignes toi bien (genou)


a+