Transvésubienne 2010: le CR de Yéti47

Publié le par G58

Re: Transvésubienne 2010 - 30 mai

Messagede yeti47 le Mer 2 Juin 2010 20:43

Cela fait 8 mois que ça c’ est décidé c’ t’ affaire….Refaire la Trans’ en 2010….J’ ai bien ramené le petit sticker jaune en 2008 mais y’ à toujours un « pisse froid » pour venir la ramener avec des arguments à la c.. du style : « Ouais, en 2008, c’ était facile, avec toute la flotte qu’ il était tombé, GE avait réduit le parcours de 10kms…. », « Ouais, en 2008, c’ était roulant, heureusement qu’ en 2009, GE a rectifié le tir en revenant au parcours d’ origine… » :boid:
Voilà comment, en un revers de main, un ramassis de peigne-culs vous balayent 6 à 8 mois d’ investissement personnel et de sacrifices familiaux. Ben ouais, on n’ a pas tous la disponibilité idéale pour s’ entrainer, on n’ a pas tous su faire du vélo avant de savoir marcher, on n’ est pas tous payés pour rider donc quand j’ ai lu ce genre d’ arguments dans des forums, ça m’ a mis en fureur… :rocketwhore: .et plutôt que de répondre par des mots, j’ ai préféré m’ inscrire de nouveau pour cette épreuve qui elle, m’ a toujours fait rêver et m’ a laissé des souvenirs impérissables en 2008, même après toutes les souffrances traversées. Tiens, d’ ailleurs pour ceux qui s’ en rappellent, ‘doit y’ avoir encore mon CR de l’ époque qui traine quelque part.

C’ est donc gonflé à bloc que je suis parti à 7H00 ce samedi matin de Fumel avec Pascale (ma chère et tendre, accessoirement ma plus fidèle supportrice et de loin la meilleure suiveuse de la Transvésubienne :bisous: ). On passe par Cahors récupérer notre Gros Papy national qui est à l’ heure pour une fois, comme quoi, la TV ça Trans-cende….Puis direction Millau pour récupérer l’ autoroute, cap sur Montpellier, Marseille et Nice.

Bon, on a quand même fait une pause café (et pipi) à Millau…. :^^:

Image

Après 9 heures de route, on pose enfin nos bagages aux chambres d’ hôtes avant de monter faire marquer les bikes à La Colmiane.

Image

Image

Le proprio nous confirme que c’ est du beau qui est annoncé niveau météo pour demain, mais là, il nous pète un orage pour le moment….

Image

D’ ailleurs Papy a les babouches toutes mouillées !!! :mdr:

Image

Après le passage par la case « récup des plaques et stickage du cadres et des roues », on attend 18H30 pour le briefing de GE. Se pointe alors la famille Ride Air au complet : Bats, Crapoto, FP, Shupa, Toctoc, Tricky + de nouvelles têtes pour moi en la personne de Rone et Gahan.
On échange sur nos états de forme respectifs et mon cher Bats-de-Nice me fait sa précieuse comme à la Garoutade : « Ouais….tu vois….ch’ uis pas au top….demain, si j’ ai pas de bonnes sensations dans la première montée….ben je bâche….tu vois….Moâ, pour que ça matche, il faut que mon Yin intérieur soit en accord avec le Yang de la Montagne qui nous entoure…. » C’ est ça ouais, à d’ autres….j’ ai failli en chialer quand je l’ ai vu passer sa main dans ses mèches blondes…. :brice:

Après les incontournables bisous :bisous: , GE prend la parole en compagnie d’ Olivia, chargée de traduire en quelques mots d’ anglais les paroles dithyrambiques de son « Sergent Highway » de paternel. OK, il cause bien le père Edwards, mais son second degré de sergent instructeur a dû surprendre quelques bleu-bites : « Demain vous allez peut-être nous maudire dans un portage interminable, mais lorsque vous aurez votre sticker jaune entre les mains, tout sera oublié »…. « Ceux qui roulent en Décath…euh avec un vélo qui n’ est pas adapté à la situation ne passeront sûrement la première porte horaire… :oops: ».

Nous étions environ 300 attentifs aux recommandations d’ usage : respect de l’ environnement, laisser passer les plus rapides, porter assistance à celui qui est en difficulté….On se serait crus au début d’ un stage de survie en milieu hostile….le ton n’ a pas changé depuis 2008, mais y’ en a à qui ça a dû faire bizarre…. :oops:

Suite à ces bonnes paroles, nous sommes redescendus dans la vallée, non sans avoir souhaité une bonne soirée à tous les RA. Nous avons avalé une bonne plâtrée de pâtes (au pesto pour Papy, aux cèpes pour moi) à la pizzéria de Saint Martin et pis Rododo car le clairon sonne à 5H00 demain matin….. :zzz: :z:
La nuit s’ est passée….on va le dire comme ça….pas trop mal dormi à part que j’ ai revu les ravins de 2008 d ‘ un peu trop près….Gros Papy lui, a du faire la vidange en cours de sommeil. Pas la grande forme mon compagnon….il a pas faim….c’ est pas dans ses habitudes…Serait-il stressé cet habituel grand calme ?

Une fois nos affaires prêtes, nous montons à La Colmiane, Pascale descendra plier les gaules une fois que nous aurons pris le départ….Pas facile de se garer là haut, y’ à du peuple partout mais bon, on y est :

Image

Image

Levens passera nous saluer avant sa mise en grille, quant à nous, Challengers et Explorers attendons notre tour.

Image

Papy et Totoc vont s’ aligner, puis c’ est au tour de FP et pis Ma Pomme en toute fin de peloton, du fait de mon passage d’ Explorer à Challenger.

Image

Image

Image

La fin du paquet me va bien, je préfère être derrière que devant les furieux….Ayé, c’ est parti :

Image

Bon ça va pas trop vite, GE a positionné des chicanes au milieu de la descente pour ralentir les sabraques qui voudraient partir comme des mules pour se vautrer lamentablement dans une saignée d’ évacuation de la flotte.

Et une fois en bas ben….on remonte….c’ est comme dans le Lot, à part que ça va durer (beaucoup) plus longtemps

Une fois la grille libre c' est au tour des Explorers de s' aligner:

Image

Image

Parti au fond, je profite de la montée pour revenir sur FP, puis sur Totoc. Je vois Gros Papy au loin. Les jambes vont bien, la pente se corse…pied à terre et première poussette….on peut dire que là on y est ! :^^:

Image

Le groupe s’ étire rapidement au final, il n’ y a pas de bouchons et je suis assez surpris d’ avoir fait les 10 premier kms avec autant de facilité….j’ ai même pu mettre la grosse plaque sur une piste forestière. Le chemin passe au ras de quelques névés…ça n’ a rien à voir avec 2008 où il fallait carrément les traverser. Le chemin devient plus tendu à flanc de montagne et là, ayé….y’ en a un qui manque de descendre 20 mètres plus bas….par contre son vélo lui, a dévalé jusqu’ à la piste forestière en dessous…C’ est bon, on va calmer un peu le jeu, d’ autant qu’ on sort de la forêt pour se retrouver à l’ air libre au niveau des 2 Cayres et là, ça en met plein les yeux à 2000m…d’ autant que cette année, il fait beau et que l’ on voit tous les massifs enneigés environnants. On re-rentre en forêt pour attaquer une descente mi-terre, mi-pierre où je me régale….si ça continue comme ça, je vais trouver ça marrant !
Presque 20 bornes et nous voilà au premier ravito. J ‘ ai de l’ eau, de la bouffe donc comme convenu avec Papy, je ne m’ arrête pas. Je me dis que lui aussi a dû en faire de même, d’ autant qu’ on attaque immédiatement par une nouvelle descente. Là aussi, ça remue mais je ne m’ en sors pas trop mal.

Je me souviens ensuite d’ une partie assez plane où je rejoins Catoli. Il reconnaît le maillot des RA et se fait connaître. Quelques mots rapidement échangés et je reprends mon rythme pour attaquer une partie plus cabossée. Tout se passe bien jusqu’ à ce que je charge un peu trop l’ AV sur une marche….mon pneu ayant perdu un peu d’ air, je regonfle et mes poursuivant me repassent devant….
Vient ensuite le Brec d’ Utelle et son portage….l’ endroit est magique, il y règne une ambiance particulière. Le vent y souffle fort, nous posons nos pieds sur des marches qui doivent avoir 2 millénaires, à 1600m d’ altitude, tels des forçats des temps modernes, là où nos lointains aïeux vivaient une Transvésubienne à chaque jour qui passait.

Image

Dans la descente du Brec, je merdoie un peu plus dans les épingles et ça loupe pas…premier gadin presque à l’ arrêt dans une épingle. J’ entends « Té, Gros Yéti s’ est mis au tas ! », c’ est FP qui gueule 4 épingles plus haut….Ce cochon a gagné du temps en descente….c’ est qu’ il est pas manche lui….

Image

Non loin d’ Utelle, je retrouve Pascale pour la première fois sur le parcours.

Image

Image

Les consignes que nous a donné Levens sont claires puisqu’ elle est là à m’ encourager avant un put’1 de portage. Ch’ uis vraiment heureux de la voir :bisous: , ça me booste pour monter le plus haut possible avant de mettre le bike sur le dos, d’ autant que les cannes vont bien.

Image

Image

Image

Image

Allez, le bike sur le dos, on débranche tous les capteurs tant que ça monte et surtout, on se concentre sur les foulées : hop deï, hop deï, hop deï ….

Image

FP ne va pas tarder à pointer le bout de son nez, toujours sous les encouragements de Pascale :

Image

Image

Image

Vient ensuite Totoc qui arrive encore à faire l’ andouille :

Image

Image

Celui-là, on l’ attendait pas là :

Image

Papy explique à Pascale qu’ il a eu les jambes en coton dans la première bosse, que FP, Totoc et moi-même sommes passés devant lui sans même le voir. Il a la mine des mauvais jours :

Image

Il passe un moment à parler avec Pascale, se déleste de quelques couches puis repart :

Image

Après un nouveau portage bien péchu, j’ arrive à la Madonne d’ Utelle pour le deuxième ravito. Je prends le temps de m’ alimenter, il me reste pas mal de flotte, je ferai le plein au Pont de Cros. L’ hélico de la Sécurité Civile revient de déposer le gars qui a fait une chute d’ une quinzaine de mètres dans un ravin…. :pleure: Là aussi, quand tu vois tout ce monde en contrebas autour d’ un gars allongé, tu sens un frisson glacial qui te passe dans le dos… :oops: ça inspire la plus grande vigilance. J’ ai vu aussi pas mal de casses mécaniques donc molo sur le bike. Tiens d’ ailleurs juste après le ravito, y’ à ce foutu gaz de 10m qu’ on a vu en photo dans tous les reportages de la TV 2009….celui où l’ on voit tous ces cailloux verticaux acérés conne des dents de requin….ben ch’ uis passé à pieds voilà ! :langue

La descente vers la Vésubie se fait par des chemins de plus en plus cassants, c’ est une succession de marches parfois naturelles ou construites par la main de l’ homme, de hauteurs plus ou moins importantes….mais put’1 que c’ est long….put’1 que ça secoue…. :eyecrazy:
Et ça secoue tellement qu’ au niveau du Cros d’ Utelle je suis contraint de m’ arrêter car j’ entends un bruit bizarre : En effet, l’ axe principal du bras oscillant s’ est dévissé avec les vibrations répétées. La partie située côté pédalier est en partie sortie et frotte contre le plateau de 22…heureusement elle peut pas se barrer de ce côté mais si je fais rien, la partie opposée aura le champ libre, elle :oops: . Allez sors la clé Allen de 10 et souke moi tout ça….à revérifier à chaque ravito mon gars. Du coup, y’ à une bonne vingtaine de riders qui passent….pas grave, vaut mieux soigner sa monture….
J’ arrive enfin au Pont de Cros et là, avant de traverser la route entre Saint-Martin et Nice, je cherche le ravito en flotte….en vain. :rouge:

Image

Du coup, FP et Mag21 me rejoignent….bon ben, va falloir rouler à l’ économie jusqu’ au ravito de Sainte-Claire, à moins que Pascale m’ attende à la déchetterie de Levens.
Niveau mise hors temps, on passe avec plus d’ une heure d’ avance mais va pas falloir mollir car c’ est un morceau de bravoure qui s’ annonce : le portage suivant est MONUMENTAL !!!! :surpris: Allez, bike sur le dos, je débranche le cerveau et je monte tel une machine avec un pas cadencé. Je laisse cette pipelette de Mag et FP dans les premiers lacets pour me concentrer sur mon rythme que je ne quitterai pas jusqu’ au sommet. Je double ainsi pas mal de monde.
Arrivé à la déchetterie de Levens, y’ à du peuple mais pas de Pascale. Ni une ni deux, j’ enclenche sur le portage suivant. J’ ai rationné l’ eau mais ça commence à être juste…..Lorsque j’ arrive sur la piste en haut, il ne me reste plus rien….il fait chaud, le faux-plat montant est en plein cagnard et j’ ai la gorge sèche :pleure: . Je suis seul, j’ arrive à hauteur d’ une maison où se tient une dame âgée. Je lui demande si elle a de l’ eau, elle n’ est pas du coin mais elle me tend sa bouteille pour prendre quelques gorgées. :eyecrazy:
Je lève le pied contraint et forcé pour arriver à une source où tout le monde s’ est arrêté. Y’ à qu’ un filet d’ eau qui coule et je mets 2 plombes à mettre la valeur d’ un verre d’ eau dans le Camelbak. J’ ai assez perdu de temps comme ça, je serre les dents, rationne le peu de flotte, y doit plus être très loin de foutu Ravito3 de Sainte-Claire…Encore une descente…à ma portée celle-là….tiens, du peuple…..Ouf ! c’ est le ravito….Chouette ! Pascale est bien là !!!! :bisous:

Image

Je vais quasiment m’ enfiler 1 litre d’ eau gazeuse que me tend Pascale. Je dévore 2 quiches, refais les niveaux en eau et barres, huile ma chaine, change de maillot et vérifie le serrage de l’ axe du pivot principal tout en écoutant Pascale :

Image

Bats est passé il y a une demi heure, il s’ est délecté d’ un petit sandwich au jambon maison par contre, Pascale m’ annonce que Papy est derrière et me raconte son coup de Calgon du départ. Bad news…..

Bon, je m’ active car j’ ai perdu pas mal de temps du fait de ma panne sèche. Je repars 30 minutes avant la clôture de cette porte horaire…..va pas falloir branler entre ici et Aspremont !

Image

FP va également passer avant la clôture de cette porte horaire. Quand on le connait un peu, on voit bien dans ses attitudes sur les tofs qu’ il a dû piocher sévère dans la partie précédente:

Image

Il repartira lui aussi pour tenter de passer la porte suivante dans les délais:

Image

Cela ne sera malheureusement pas les cas de Papy et de Tocata. ….La mise hors temps est un moment cruel qui se lit sur les visages des riders :

Image

Image

Ils rejoindront Nice en voiture avec Pascale.

Quant à moi, je vais encore batailler avec le relief. Après Sainte-Claire, on passe dans un vallon un peu pourrave à la végétation luxuriante qui contraste avec ce que l’ on a vu jusqu’ à présent, passage sous les arches d’ un pont étroit et puis c’ est le portage du mont Cima…..Celui-là, il fait mal aux organismes….Allez mon gros, vélo sur le dos et débranche encore jusqu’ en haut. Je me mets dans ma bulle et je mets du rythme pour passer dans les délais. Je suis tellement concentré que je réaliserai plus tard que j’ ai doublé Denis Crozemax dans ce portage…. :pleure: J’ ai juste remarqué des Spinergy sur un Tomac blanc et un gars qui en chie sévère en le poussant.
On va encore cheminer pendant 10 kms sur des chemins plus roulants avant d’ attaquer une descente où un Marshall m’ indique que je suis à 15 min environ du ravito d’ Aspremont. J’ ose pas regarder l’ heure et je préfère dévaler le single le plus rapidement possible. Arrivé sur la route, y’ à des suiveurs qui me disent qu’ il me reste une dizaine de minutes par les 2 kms de route. J’ ai tout fait à l’ arrache en danseuse, suspat’ bloquées en 44 x 11.

Moins de 10 min avant la mise hors temps… :oops: .j’ ai l’ impression de flotter… :^^: .Je retrouve Mag qui tchatche encore et toujours :argue: . Elle ne s’ est pas autant arrêtée que moi au ravito précédent et elle est prête à repartir. Je suis sur mon petit nuage….je prends le temps d’ envoyer un texto à Pascale : « Rdv à Nice ! » :pc: . Je suis inquiet pour les autres RA…vu le temps qu’ il reste, ça va pas passer….C’ est à ce moment que les Marshalls nous annoncent que la mise hors temps est repoussée d’ une demi heure….Je quitte le ravito un peu soulagé. Allez, maintenant, fais-toi plaisir ! :biggthumpup:
Et ça va pas durer longtemps car on se retape un nouveau portage pour contourner le Mont Chauve :bawling: (et dire qu’ on ne fait que le contourner….. :oops: ) puis un chemin en pierres au profil acéré…je roule molo, pas envie de déchirer un pneu aussi près du but :no: , puis descente par un single pété de virages et final plus roulant. Nice est visible et se rapproche, mais mon périple n’ est pas fini, on va descendre par un vallon en empruntant un schuss en terre ,tout droit, hyper glissant du fait de la poussière. Le gars devant moi s’ engage, prend de la vitesse même avec la roue AR bloquée et finit volontairement sa course à mi-pente dans un buisson, seul obstacle à pouvoir l’ arrêter :shock: .

L’ est encore loin ce foutu Paillon ? Ah ! Le v’là…..Là ça sent l’ écurie…Petite pensée pour Mida en le traversant à maintes reprises :^^: , mais vu le cagnard, l’ eau fraiche sur les guiboles est la bienvenue…. :biggthumpup:

La dernière montée annoncée comme éprouvante est avalée comme une formalité. Hop ! Dernier portage et j’ aperçois Pascale :bisous: et Virginie (Mme FP).

Image

Image

Image

Plus que quelques marches…..plus que quelques centaines de mètres…..encore quelques marches avant de rentrer dans le parc des arènes de Cimiez :

Image

Image

Ayé, les applaudissements, les félicitations du speaker….Ouf ! C’ est fait !!!!!!
352 ème en 11H25, 76 kms au compteur pour 86 kms annoncés soit 10 kms de portage.

On arrête là pour les chiffres, je rejoins la troupe des RA. Bats, Rone et Gahan sont aussi Finishers. Je suis déçu pour Papy, Totoc, Shupa, Tricky et Crapoto. Reste FP qui est encore en course.

Il va arriver 15 min plus tard sous nos acclamations. Chapeau mon gars !

Image

Image

Image

Je sirote une binouse bien méritée avec Papy et Pascale tout en débriefant avec le groupe. Ce sont des moments magiques à savourer sans modération. J’ ai l’ impression que le temps s’ est arrêté et tant mieux…..que du bonheur.

Image

Image

Je vais quand même consoler mon Gros Papy :

Image

Image

Discuter avec un gars qui a fait la partie finale depuis Aspremont avec moi :

Image

Au fait Chérie, on revient l’ année prochaine ? :^^:

Image

Une fois l’ euphorie passée, on va se restaurer et c’ est là que nous retrouvons les 4 gars du VTT Club de la Cère dont Crozemax, lui aussi Finisher, arrivé après FP. Tous on l’ air très éprouvés par cette épreuve….On va manger avec eux en continuant à parler de la course.

Faut quand même plier boutique….mais qu’ on est bien au milieu de ces oliviers…. :biggthumpup:

Voilà….une bien belle aventure qui se termine bien pour moi avec ce deuxième sticker. Papy lui, pense déjà à revenir l’ année prochaine. :naughty:
Je reste personnellement sous l’ emprise de cette épreuve hors normes que je prends avant tout comme un défi vis-à-vis de soi même plutôt qu’ une course. A mon humble niveau, le classement est accessoire, l’ objectif étant déjà de finir.
Je reviendrai, c’ est sûr, quand j’ aurai progressé techniquement :naughty: . Mon entrainement physique était vraiment approprié, pas une crampe, pas d’ ouverture de capot, j’ ai même pu gérer le manque de flotte mais cette épreuve ne tolère guère plus d’ une erreur. C’ est ce qui la rend mythique….Et je ne peux pas m’ empêcher de penser à tous les petits rigolos qui s’ amusent à se tirer la bourre dans nos petites randos locales en se prenant pour des cadors…..ça les masserait de venir se faire décoller la pulpe sur même pas la moitié de cette épreuve….Histoire de comprendre pourquoi Vélo Tout Terrain se traduit par Mountain Bike en ricain.

Donc encore une fois, félicitations aux Finishers :biggthumpup: , respect à tous ceux qui se sont engagés dans cette aventure :biggthumpup: et merci à tous ceux qui nous ont soutenus, encouragés durant tous ces mois :bisous: .
Une fois la guerre terminée, le soldat redevient cultivateur…..

Publié dans Compte- rendu

Commenter cet article

Yeti47 08/06/2010 22:03



Disons que c' est le genre de compète que t' abordes pas avec la fleur au fusil....le moindre oubli, la moindre erreur peut se payer cash et même quand tu penses avoir tout envisagé, ben des fois
ça suffit pas.....Perso j' adore ce genre de défi où il faut du physique, du technique, du mental, des corones et un cerveau.....La seule personne à laquelle je me mesure dans ces cas-là, c'
est moi. Le classement est accessoire.


"Only the Brave" telle est la devise de la Transvésubienne.....



jm46 03/06/2010 23:10



Quel CR! je connaissais cette rando que de nom mais là, tu éclaires ma lanterne yéti47, t'as plutôt intérêt à faire le bon choix tactique avant d'aller là bas: un
bike poids plume et des groles confortables!!! les paysages ont l'air fabuleux! Bravo à toi yéti47!


 



G58 02/06/2010 22:58



Respect  Yéti47 !! Super CR com d'hab !!   Bien vivant et
réaliste!


Je suis scotché par la dureté de l'effort!! Autant de portage en vaut-il vraiment la peine ?? Quand je vois qu'Alain des VTT de la Cère qui termine 236°
en 10h20 parle d'enfer et n'y voit aucun intérêt, j'ai tout lieu de m'interroger !! Je suis plutôt en phase avec Crapoto: ce truc de "malade" c'est pas pour moi!!! D'alleurs, je n'aurais
jamais la volonté de m'y faire mal!!


Vive les petites randos locales !!!


Chapeau encore Jérôme !!!!!