Dim 29 juin 2014: Yéti47 en Guest Star

Publié le par G58

Empêché de participer au récent Roc Cadurcien pour cause de baptême, Yéti47 me rejoint ce dimanche et c'est avec grand plaisir que je décide de lui en offrir un extrait ON  et surtout OFF!!!

Pas de roulage donc ce samedi, car avec le Yéti, on sait à quoi on s'attend......faudra des cannes......car les bosses il les affectionne particulièrement.

Nico se joint à nous  (du moins pour la 1° partie du trip....maudit portable qui sonne et te somme de revenir !)

Le Y47 connaissant déjà une grosse partie du Roc, c'est sur la zone de Mercuès, "mon Jardin" que j'ai choisi de l'emmener.

D'entrée, on attaque par du OFF: la très longue montée de la Zonarde, parfait single pour se faire les jambes. On débouche sur le plateau et on enquille le chemin privé de Bouydou quand soudain on est interpellé de loin par la proprio qui vocifère à tue-tête. Bien vite, son homme rapplique pour nous interdire le passage. S'en suit une longue conversation des plus sympathiques qui arrange vite les choses, comme quoi, négociation vaut mieux qu'affrontement!

C'est ici qu'on récupère le tracé ON du Roc par le Mas Deleu puis la très belle descente de l'Ours.

Une flèche jaune est encore en place, elle prend la direction de ma poche instantanément. Nous poursuivons en longeant la voie ferrée et son long single caillouteux puis c'est la montée du Grand S que Gégé s'est empressé d' obstruer au départ, cause que des quadsquifontchier montrent souvent le bout de leurs roues!!!

La montée régulière se fait à la fraîche, le temps pour l'instant est nickel.

Passage au ravito 2 (sans ravito!) puis on s'enfile dans les Balcons.On zappe la boucle 2 et on poursuit sur le travers de la Remise puis la magnifique descente de l'OTB et ses 4 marches finales: un régal (Freddy l'adore celle-là !)

La suite est royale puisque je guide mon hôte (en mode ON) vers le Chaos et les Ténèbres. Bien brieffé, il passe tout en mode challenge et  n'aura pas besoin de réclamer le remboursement de son casque !!

La Bergère déroule ensuite son long ruban herbeux jusqu'à la Voie ferrée qui nous ramène devant la maison. C'est le moment de poser les flèches oubliées.

À l'ouest, de gros nuages noirs s'annoncent. Qu'importe, on repart direction le château, pour une courte halte due à l'averse suivie d'une visite du parc avec méga point de vue sur la vallée: Cahors et Pradines semblent sous le déluge.

Le cap est mis sur la Vierge, le ravito 3 (où sont les femmes ?) puis la descente de Mal'hic (en version intégrale cette fois). Des traces fraîches apparaissent......m'est avis qu'on va être visités maintenant !!

Petit bout de bitume en bas où l'on s'aperçoit que la peinture éphémère s'est bien estompée en si peu de temps. Remontée par les Molles Terres puis les balconnets (mode ON). On met le cap sur l'Amonite chère à Gégé puis je choisis l'option difficile pour Jérôme: la descente de la Madone.

C'en est terminé du mode ON: à partir de là, ce n'est que du OFF, des boucles 4, 5, 6  .......pléthore de propositions toutes plus intéressantes les unes que les autres!

La remontée par le chemin des Evêques voit son petit instant historiquement culturel avant de s'engouffrer dans les balconnets pour sortir par une option différente de la précédente.

Le prochain objectif est la fameuse Goulotte: un brieffing nécessaire et en avant sur les freins. Hélas, (et je m'en doutais ) ce boyau étant un fossé d'écoulement des eaux, nous devons stopper à 3 reprises pour enlever les branches en travers et les pierres qui y ont roulé ! mais le potentiel est énorme dans cette descente et mon hôte apprécie grandement.

Nous remettons les gaz pour l'ascension de la Fontaine St Martin (Yéti en mono plateau XX1 s'en acquitte finger in the nose!) puis nous évitons le chemin privé par une autre option "publique"  (merci le proprio de tout à l'heure)

L'heure déjà avancée n'étant pas un pb, j'offre  à mon invité la toute nouvelle Nirvana et ses nombreuses cassures: bonheur total.

À présent faut s'avaler du D+ conséquent: la remontée directe vers l'Oppidum (mes jambes calent un peu dans le passage caillouteux) puis on en termine avec la très longue descente des Graviers avec 39 km pour 1235 m de D+.

La sortie intégrale s'est faite dans un périmètre ultra restreint, voici le profil (pour la carte, une autre fois.....peut être!!)

 

Sortie 29 06 14 Yéti47

 

L'instant est venu de siroter une et même deux bonnes binouzes, elles étaient tellement bonnes qu'on n'a même pas  pensé à faire des photos (ni pendant le roulage d'ailleurs !)

 

Tandis que mon invité reprend la route, la flotte se met à tomber copieusement. Dame nature nous a épargnés, c'était fait exprès !

Depuis le temps qu'il devait venir, Yéti47 j'espère, s'est régalé: peut être pourra-t-il en dire plus dans les commentaires?

Publié dans Compte- rendu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yeti47 30/06/2014 11:50


Oui, en effet, je peux en dire + !!!!


Disons que de prime abord, ça fait bizarre quand un gars te dit texto :


"Viens chez moi, on va rouler dans mon jardin....."


Tu comprends quoi toi ?


1-Au mieux: "J'ai du terrain et je me suis construit un pump Track"


2-Au pire : "Ch'uis un pervers et je vais te niquer derrière la laurière, entre le thym et le romarin....."


Ben non...Ni l'un ni l'autre....au final c' est moins tordu comma affaire...simplement rouler dans les collines avoisinantes, où sont concentrées de petits bijoux de montées& descentes dans
un petit périmètre. Périmètre ? Je devrais plutôt dire "Mouchoir de poche" !!!


Tout cela est tracé de manière intelligente par Gaël et ses potes. Je dis "intelligente" car:


-Un même single peut être monté ou descendu en prenant les bifurcations adaptées


-L' optimisation de la prise de D+ a été faite de manière scientifique par endroits à l' altimètre !!! Et oui Papa, ça ne s' invente pas !!!


-Les travers en dévers ont été soigneusement aménagés pour stabiliser le single : on prilégie ainsi le maintien de la vitesse afin d' y laisser le moins de cartouches possible (pas le cas de tous
les travers que j' ai pu rouler dans le coin...)


 


Et pour que ces petits bijoux restent dans un état suffisamment sauvages, les entrées sont jalousement cachées ou volontairement embouteillées afin d' éviter les incursions d' engins motorisés
dits "verts"....


 


Engins motorisés qui, de par le bordel qu' ils génèrent, nous ont valu une discussion qui démarrait de manière hostile au lieu dit Bouydou avec le proprio du chemin privé. Une fois que nous avons
eu levé l' amalgame présent à l' esprit de ce brave monsieur, nous avons pu reprendre notre chemin, mais ça en dit long sur le tort que provoquent ces gus....je mets les motos, les quads et les
buggies dans le même panier !


 


Pour en revenir aux chemins, ben OUI, ils sont de toute beauté et re-OUI, ils sont encore + beaux car ils sont "secrets" !!!! Le proprio cité + haut avec lequel nous avons discuté est un chasseur
qui au hasard de ses sorties est tombé sur certains de ces singles...Lui qui croyait si bien connaitre ces collines, ne se doutait pas que ces chemins existaient.


 


En résumé : Vous croyez connaitre "Magic Lot" de par les singles roulés au cours des multiples randos organisées ? C' est bien....mais sachez également qu' il existe des jardins secrets comme
celui de Gaël qui rendent le Lot + que "Magic"...Là c' est carrément "Mystic Lot" !!!!


 


PS: Encore Merci l' Ami !!!